« Nous devons nous faire connaître et toucher de nouveaux publics » : Pierre-Yves Geoffard, directeur de l’École d’économie de Paris

L’École d’économie de Paris – Paris School of Economics (PSE) c’est la réunion des plus prestigieuses institutions de recherche en économie (CNRS, École normale supérieure, Université Panthéon-Sorbonne, Ponts ParisTech, Inra et EHESS) pour créer ensemble en 2006 l’une des meilleures écoles d’économie du monde. Avec succès puisqu’elle est aujourd’hui classée au 8ème rang. Pierre-Yves Geoffard, son directeur, explique comment elle veut aujourd’hui aller plus loin.

Pierre-Yves Geoffard, directeur de l’École d’économie de Paris (photo Julien Benhamou)

Olivier Rollot : On a beaucoup entendu parler de l’École d’économie de Paris lors de sa création en 2006. Beaucoup moins depuis. Pouvez-vous nous indiquer où vous en êtes aujourd’hui ?

Pierre-Yves Geoffard: Le projet de création d’une école regroupant les laboratoires de recherche parisiens en économie remonte à plus de 30 ans. Il s’agissait de les regrouper pour leur donner une visibilité internationale alors qu’ils étaient jusque-là trop éclatés. Aujourd’hui nous sommes une Fondation de coopération scientifique (FCS) qui compte 120 enseignants-chercheurs.… Lire la suite

Comment rapprocher la recherche des écoles de management des entreprises?

Chaque année la Fnege publie une grande étude. En 2014, elle est consacrée à « Comment construire une relation féconde entre écoles de management et entreprises? ». Une étude en fait exclusivement consacrée à l’importance de la recherche dans les écoles de management et comment elle peut servir aux entreprises. « Le paradoxe est que les entreprises connaissent très peu ce que font les écoles de management en recherche alors même que c’est pour cette recherche qu’elles veulent travailler avec elles », relève Xavier Lecocq, professeur à Lille 1 et co-auteur de l’étude avec Frédérique Alexandre-Bailly, professeur à ESCP Europe et doyenne de son corps professoral.

Vous avez dit déconnectée ?

En 80 pages les deux chercheurs se sont attachés à dresser le tableau d’une recherche souvent déconnectée des besoins des entreprises – « Un chercheur grand publiant est un expert pointu d’un domaine précis sur lequel il peut théoriser mais pour lequel il ne peut plus discuter qu’avec une petite dizaine de chercheurs formant une communauté mondiale sur la question » – tout en recommandant que la recherche ne soit pas pour autant livrée aux seuls besoins immédiats des entreprises : « La capacité des écoles de management à créer de nouvelles connaissances est plus que jamais essentielle à un moment où les managers ne croient plus aux modèles et aux théories traditionnels de gestion ».… Lire la suite

Geneviève Fioraso face à des tensions persistantes

On l’imagine partagée entre la satisfaction de rester aux affaires et une certaine lassitude devant les débats qui restent, la toute nouvelle secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche va devoir maintenant finaliser l’application de sa loi tout en gérant les revendications de communautés qui restent très remontées contre son action.

Des universitaires qui ne baissent pas les bras…

Plus de 10 000 personnes ont aujourd’hui signé la pétition demandant « le changement à l’université et dans la recherche ». Geneviève Fioraso a beau affirmer qu’ils ne représentent que « 1,5% de la population active des universités » (entretien sur EducPros) et qu’il existe «  de nombreuses contradictions dans cette pétition d’universitaires » qui ne « font aucune proposition hormis le soutien à une candidature autre que la mienne à ce secrétariat d’État », ils n’en continuent pas moins à se faire entendre.

Auteur de la pétition, Pascale Laborier, professeure de science politique à l’université Paris Ouest Nanterre, explique sur Le Mouv, le 15 avril, ainsi comment elle a voulu faire entendre la voix de ceux qui étaient en « vif désaccord » avec la politique menée tout en disant n’avoir pas de « couleur politique ».… Lire la suite

Les MOOCs ce n’est pas que du e-learning : c’est une toute nouvelle façon d’apprendre !

36 000 inscrits au MOOC du Cnam Du manager au leader, 10 000 pour les MOOCs Effectuation : l’entreprenariat pour tous de l’EM Lyon, Gestion de projet de Centrale Lille ou Philosophie et modes de vie de l’université Paris Ouest. Même si seulement 10% des inscrits vont jusqu’au bout de leurs cours gratuits en ligne, jamais ces universités et grandes écoles n’auront enseigné à autant d’étudiants à la fois. Car c’est bien le « M» de MOOC, ce fameux « massif » qui fait la différence avec tout le e-learning développé depuis trente ans. Aujourd’hui tout le monde peut suivre en ligne les meilleurs cours des meilleurs professeurs des meilleures institutions d’enseignement supérieur. Pour autant beaucoup s’interrogent sur leur modèle économique.

DAY-OF-THE-MOOC
Une vision apocalyptique des MOOCs (cliquer sur l’image pour l’animer)

Une nouvelle façon d’apprendre

La montée en puissance des MOOCs semble d’autant plus inexorable qu’ils sont beaucoup plus que les simples cours filmés.… Lire la suite

Recherche en management : les business schools américaines toujours largement dominantes

Le classement de la recherche dans les business schools réalisé par la Jindal school de l’université du Texas à Dallas s’appuie sur l’observation des publications dans 24 revues sur les cinq dernières années. L’occasion de constater l’explosion du nombre d’articles publiés : 9174 dans cette dernière période contre 5879 entre 2000 et 2204.

Le classement est toujours très largement dominé par les business schools américaines qui sont 71 dans les 100 premières. Dans ce classement, dominé par Wharton devant Harvard, NYU Stern et Michigan Ross, la première business school non américaine est l’Insead (14ème). En Asie, la Hong Kong University of Science and Technology est la plus performante et occupe la 29ème place.  Deuxième business school française classée, HEC est à la 64ème place et en gagne six par rapport au précédent classement.

Au-delà du classement, Jindal publie également un indice qui marque la domination absolue de Wharton dont le score (190,55) est très largement supérieur à celui de Harvard (132).… Lire la suite

Un diplôme sinon rien ?

Trois ans après avoir obtenu leur diplôme, 22% des jeunes étaient toujours au chômage mi-2013, soit le « plus haut niveau jamais observé », révèle le Céreq dans sa dernière enquête sur l’insertion professionnelle ((Bref n°319 : « Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplômes ») portant sur les jeunes sortis du système éducatif en 2010. Si l’obtention d’un diplôme n’est pas une garantie absolue de trouver un emploi, ceux qui n’en ont aucun ont 50% de chances d’être au chômage. A l’autre extrémité, les ingénieurs sont quasi garantis d’accéder à un emploi.

Non diplôme = risque très important

Fait nouveau : le taux de chômage des femmes est inférieur à celui des hommes. Logique car elles sont plus diplômée et que ce sont les non diplômés qui souffrent le plus, depuis le début des années 1970, de la montée du chômage. « Lorsque la conjoncture se dégrade, les embauches sur les emplois peu qualifiés se réduisent et ces jeunes subissent davantage la concurrence des diplômés sur ces postes », expliquent les chercheurs du Céreq.… Lire la suite

Audencia lance toute une série de MOOCs

« Quand nous avons commencé à réfléchir à un sujet pour notre premier MOOC il nous a semblé tout naturel de partir de l’un des points forts d’Audencia : la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). » Frank Vidal, le directeur général d’Audencia, a lancé le 14 avril un premier MOOC certifiant en anglais – « pour le faire partager à un maximum de personnes » – intitulé Corporate social responsibility (CSR) and value creation. « Nous travaillons maintenant à d’autres sujets différenciant d’Audencia, comme le management des arts ou le design thinking, mais nous ne voulons pas réaliser de MOOCs généralistes sur des points fondamentaux de l’enseignement du management. »

Si pour l’instant Audencia diffuse elle-même son MOOC, elle n’exclut pas de rejoindre plus tard la plateforme FUN ou des plateformes thématiques qui pourraient être créées à l’avenir.

Certifier des cadres en activité

Pendant cinq semaines à raison de deux ou trois heures de cours par semaine, les « apprenants » pourront suivre les conseils de huit experts avec le système Unow et une validation par caméra (solution Procter U) qui donnera lieu à une certification – mais pas à la délivrance d’ECTS – pour 80€.… Lire la suite

Geneviève Fioraso : acte II

« Merci Geneviève et à bientôt. » Il n’était qu’à regarder le visage soudainement soulagé de Geneviève Fioraso quand Benoît Hamon achevait la passation de pouvoir au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour voir qu’elle se sentait à cet instant confortée : elle ne serait plus ministre mais garderait un secrétariat d’État. Ce qui fut fait mais non sans crissements de dents…

Les « anti-LRU » au créneau

À peine le « à bientôt » de Benoît Hamon est-il prononcé qu’on assiste la montée au créneau de tout le lobby anti LRU, porté notamment par l’association Sauvons l’université, désespéré qu’on puisse poursuivre une politique décidément trop proche de la précédente. Avec une incroyable dureté envers celle qui avait su maintenir les acquis de la LRU, la « chasse » à la ministre était ouverte avec la mise en ligne d’une pétition.

Et soudain on pensait à ses mots la semaine dernière, rappelant ceux qui l’avaient prévenue avant de prendre le ministère en 2012, qu’il était « éruptif » : « On m’avait dit qu’il était difficile, Éruptif, de faire très attention, mais il faut surtout partager l’enthousiasme d’une communauté qui est au cœur du redressement du pays ».… Lire la suite

« Nous sommes une école du numérique internationale » : Michel Ciazynski, directeur général de l’Isep

L’Isep c’est aujourd’hui l’école qui monte au point d’avoir dépassé des poids lourds, comme Supélec, dans le dernier classement de L’Usine nouvelle et de projeter de faire passer ses promotions ingénieur de 200 étudiants à 280 en 2018. A quelques mois de l’ouverture de ses  nouveaux bâtiments à Issy-les-Moulineaux, Michel Ciazynski, son directeur général, nous parle d’une école qui mise sur le numérique et l’international.

 Olivier Rollot : Vous avez spectaculairement progressé dans le dernier classement des écoles d’ingénieurs de l’Usine Nouvelle en vous classant 14ème alors que vous étiez 82ème en 2013. Comment expliquez-vous cette progression?

Michel Ciazynski: L’école n’a pas changé tant que ça d’une année sur l’autre mais les critères nous sont plus favorables, notamment parce que le budget rapporté au nombre d’étudiants n’est plus pris en compte. Même si nous faisons de la recherche, nos budgets sont sans commune mesure avec beaucoup d’autres écoles et nous étions clairement défavorisés.… Lire la suite

Grandes écoles : quelle est la bonne stratégie pour se développer à l’international ?

La Conférence des Grandes écoles vient de publier la semaine dernière un très intéressant document intitulé Les grandes écoles sur la scène internationale qui répertorie notamment l’ensemble des implantations des grandes écoles à l’étranger. «Formations délocalisées, créations conjointes d’un nouvel établissement ? La frontière est parfois floue, car les formules sont variées et les partenariats adaptés aux attentes et aux contraintes locales», explique la CGE. Des distinctions qui marquent des stratégies – et des investissements ! – bien différents.

Comment former aux mieux ses étudiants ?

Alors que l’École centrale Paris s’est implantée à Pékin et que l’Insead est tellement bien à Singapour que c’est maintenant là-bas qu’est implanté son dean, la plupart des autres grandes écoles restent plus prudentes – l’implantation de Centrale Pékin a couté très cher – ou considèrent que l’implantation d’un campus n’est pas forcément le meilleur moyen de former leurs étudiants. «Je préfère envoyer mes étudiants se frotter à d’autres étudiants dans de grandes universités, comme la National University of Singapore (NUS) par exemple, que d’ouvrir des campus où ils seront entre eux», professe ainsi Bernard Ramanantsoa à HEC.… Lire la suite