Concours BCE 2015 : les premiers chiffres

Pour la 4ème année consécutive, le nombre total de candidats des écoles membres de la Banque commune d’épreuves (BCE), qui regroupe 21 grandes écoles de management (HEC, Essec, EMLYON, etc.), augmente, même si la hausse est plus faible cette année : 10 299 candidats sont inscrits aux concours 2015 soit une augmentation de 0,58 %.

Estl 99 Gros plan BCE (table 0)

Les résultats par filière montrent une légère baisse des candidats pour la filière ECS (-0,86 %) et une baisse plus nette (mais sur des effectifs moindres) pour deux des filières littéraires : -1,97 % pour les B/L et -6,62 % pour la filière ENS de Lyon. A l’inverse, les filières ECE et ECT progressent (respectivement de 1,71 et 4,75 %), de même que la filière A/L qui, avec une hausse de 10,55 %, retrouve quasiment le nombre de candidats de 2013.

Les candidatures. Après la forte hausse de l’an dernier, le nombre global de candidatures aux écoles membres s’accroît encore cette année (1,75 %), grâce à la progression du nombre moyen d’écoles choisies par chaque candidat (10,16 en 2015, contre 10,04 l’an passé).… Lire la suite

Quelle stratégie pour l’EDC ? : entretien avec Jean-Marcel Jammet, son directeur

Reprise en 1995 par 260 anciens de l’école emmenés par Alain-Dominique Perrin, alors PDG de Cartier, EDC Paris s’est depuis taillée une réputation d’école de l’entrepreneuriat. Nommé directeur général de l’école il y a un an, Jean-Marcel Jammet, nous explique la stratégie qu’il met en place.

Jean-Marcel JammetOlivier Rollot : Vous créez cette année de nombreux nouveaux diplômes, notamment des MBA. Pourquoi ?

Jean-Marcel Jammet : Nous lançons effectivement cette année neuf nouveaux MBA et MBA spécialisés dont quatre dispensés en anglais. Le développement et la stabilité d’une école de management doit aujourd’hui passer par d’autres programmes que le seul cursus Grande école. Nous recevons régulièrement des étudiants déjà diplômés qui veulent poursuivre leurs études et cherchent des programmes comme ces MBA. Je ne vais pas tous vous les citer mais, au-delà de l’entrepreneuriat qui est notre marque de fabrique et dans lequel nous aurons un « MBA in International Entrepreneurship » et un autre, en français, « Entreprendre dans le high tech », nous proposons par exemple un MBA « Marketing et innovation de service » ou encore en « Audit et contrôle de gestion ».… Lire la suite

« Le nouveau système d’affectation des moyens Modal est un cautère sur une jambe de bois » : Jean-Loup Salzmann, président de la CPU

2015 promet d’être une année charnière pour l’enseignement supérieur et singulièrement les universités : incertitudes sur leur financement, mise en place des Comue (communautés d’universités et d’établissements), baisse de la taxe d’apprentissage versée aux établissements, tensions sur les emplois, les dossiers sont multiples. Président de la Conférence des présidents d’université (CPU), Jean-Loup Salzmann est aujourd’hui sur tous les fronts (entretien réalisé le 12 février).

Jean-Loup Salzmann (photo CPU – X. Teissedre)
Jean-Loup Salzmann (photo CPU – X. Teissedre)

Olivier Rollot : La Cour des Comptes a récemment dressé un tableau financier plutôt positif des finances des établissements d’enseignement supérieur et le gouvernement semble décidé à piocher dans les « fonds de roulement » des universités qui en possèdent pour financer les autres. Comment analysez-vous la situation ?

Jean-Loup Salzmann : La Cour des Comptes se trompe sur ce qu’est un fonds de roulement disponible comme hier elle se trompait sur les emplois vacants à l’université et aujourd’hui sur le contrôle des boursiers.… Lire la suite

« Grenoble IAE a tout pour être demain la Graduate School of Management publique au cœur d’une grande université internationale »

Grenoble IAE, c’est 2000 étudiants, 22000 diplômés depuis sa création en 1956, 71 professeurs permanents et l’adossement à une unité mixte de recherche CNRS, le Cerag. Les instituts d’administration des entreprises, ce sont les écoles de management des universités. Christian Defélix, son directeur, revient sur les spécificités de son IAE.

Christian Defélix

Olivier Rollot : Qu’est-ce qui différencie votre IAE des autres ?

Christian Defélix: Sans doute d’abord une forte recherche appliquée, avec un adossement à l’un des rares laboratoires CNRS spécifiquement dédiés au management, le CERAG, qui accueille pas moins de 90 doctorants. Les enseignants-chercheurs de Grenoble IAE sont de très forts contributeurs de ce centre et de ses 5 axes spécialisés. Sur notre site, nous présentons chaque mois des éléments de recherche de nos professeurs pour valoriser leur travail.

Ensuite, la forte inclinaison internationale, avec des programmes de formation de cadres délocalisés en Chine, au Brésil, en Russie ou en Indonésie.… Lire la suite

Ecoles de commerce : le « palmarès des palmarès »

Après l’Etudiant et Le Figaro c’est au tour du Point de faire paraître son classement des écoles de management. Si les gagnants des trois classements sont sensiblement les mêmes, il existe quelques différences marquantes selon les méthodologies employées. En additionnant les rangs des écoles classées par les trois magazines on parvient à un classement global qui vient nuancer certains écarts mais confirme l’essentiel c’est à dire la prééminence habituelle des cinq « grandes » (HEC, Essec, ESCP Europe, EM Lyon, Edhec) suivies d’un autre groupe de cinq en pleine recomposition comprenant Grenoble EM, Audencia, l’Iéseg, Toulouse BS et une ESC Rennes qui confirme sa forte progression et ses accréditations Equis et AACSB.

Estl 97 Mngt Palmarès des palmarès des écoles de management un classement global

Trois classements, quelques points de désaccord

Si les gagnants des trois classements de l’Etudiant, Le Figaro et du Point sont sensiblement les mêmes, il existe quelques différences marquantes selon les méthodologies employées. Dans les sous-classements, premier  à l’international selon l’Etudiant, HEC n’est ainsi que 3ème pour Le Point et même… 11ème pour Le Figaro.… Lire la suite

« Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique positive avec Hesam » : Philippe Boutry, président de l’université Paris 1

Principale université française dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS), l’université  Paris 1 Panthéon Sorbonne fait partie de ces quelques établissements d’enseignement supérieur français dont la renommée est mondiale. Rencontre avec Philippe Boutry, son président, pour évoquer ses principaux dossiers du moment : la mise en place de sa Comue, la création du campus Condorcet ou encore la nouvelle identité visuelle de son université.

Philippe Boutry Olivier Rollot : Ces derniers mois ont été marqués par le départ de quatre grandes écoles, dont l’Ehess ou l’Ecole des chartes, vers une autre communauté d’universités et d’établissements (Comue) qu’Hesam dont vous faites partie avec les Arts et Métiers, l’Escp Europe ou encore l’ENA. Peut-on affirmer aujourd’hui qu’Hesam est repartie de l’avant ?

Philippe Boutry : Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique positive avec, après une période pendant laquelle nous avions un administrateur provisoire, un nouveau président, Laurent Carraro, le directeur des Arts et Métiers.… Lire la suite

« Le professeur décathlonien qui savait tout faire est mort ! » : entretien avec Philippe Monin, directeur de la recherche de l’EMLYON

Directeur de la recherche de l’EMLYON, Philippe Monin a la délicate mission de piloter une équipe de 110 professeurs, dont on attend à la fois qu’ils publient dans les grandes revues internationales – indispensable pour obtenir les accréditations et progresser dans les classements – et qu’ils enseignent, sur un marché du recrutement des professeurs de sciences de gestion toujours tendu. Rencontre avec un homme dont la tâche est plus que jamais stratégique.

Philippe Monin

Olivier Rollot : Qu’est-ce que représente la recherche pour l’EMLYON ?

Philippe Monin : Dans une école que nous voulons « knowledge intensive », capable de développer des contenus innovant, la recherche représente 18% du budget. C’est beaucoup, mais bien moins qu’HEC, et nous avons à faire aussi un effort pour avoir plus d’impact en travaillent encore mieux sur la vulgarisation de notre recherche et la simplification de nos messages. Il en va de la survie de notre industrie.… Lire la suite

« Nous voulons rendre l’université incontournable »: François Germinet, président de l’UCP

L’université de Cergy-Pontoise (UCP) c’est un peu la petite université qui monte. Avec ses 16 000 étudiants, sa pluridisciplinarité (il ne lui manque que la médecine) elle se distingue régulièrement dans tous les classements et notamment pour l’insertion de ses diplômes de master. Sa dernière campagne de communication est particulièrement réussie. Rencontre avec son président, François Germinet (à suivre sur Twitter @UCP_Germinet).

François Germinet

Olivier Rollot : Vous venez de lancer une campagne de communication intitulée « Vivez l’UCP ! ». Ce n’est pas encore si courant dans les universités ?

François Germinet : Si maintenant toutes les universités cherchent à se valoriser mais nous sommes l’une des seules, si ce n’est la seule, à institutionnaliser une campagne de promotion avec un plan media annuel. Nous voulons ainsi positionner l’université sur son bassin, à cheval entre le Val d’Oise, les Yvelines et les Hauts-de-Seine, avec une campagne d’affichage dans les gares et les principales villes mais aussi une vidéo projetée dans différents cinémas.… Lire la suite

« Le métier d’un ingénieur ce n’est pas de répondre à un problème mais d’abord de bien poser ce problème »: Pascale Ribon, directrice de l’Estaca

Implantée aujourd’hui à Paris et Laval, à la prochaine rentrée à Saint-Quentin en Yvelines, l’Estaca est l’école d’ingénieurs des passionnés des transports. Aéronautique, automobile, ferroviaire et même spatial, elle forme depuis 1925 des spécialistes des transports en cinq ans après le bac. Sa directrice, Pascale Ribon, revient sur les grands enjeux des élèves ingénieurs et de leurs écoles aujourd’hui.

Pascale RibonOlivier Rollot : Tout en gardant vos locaux à Laval, vous allez déménager de Paris à Saint-Quentin en Yvelines à la rentrée 2015. Tout est prêt ?

Pascale Ribon : Nos nouveaux bâtiments [voir une vidéo] vont nous être livrés fin mai pour un déménagement mi-juillet. Nous allons ainsi plus que doubler la superficie de nos locaux en passant de 5000 à 12 000 m2. C’était devenu indispensable avec le développement de nos activités de recherche et nous étions vraiment trop à l’étroit dans nos locaux de Levallois. Là-bas nous pourrons monter de nouvelles activités dont un FabLab pour développer l’esprit d’entreprise chez nos étudiants.… Lire la suite

Le BSIS ou comment mesurer l’impact d’une business school sur son territoire

Le BSIS c’est le Business School Impact Survey, une idée de la Fnege maintenant reprise par l’EFMD dont l’objectif est de mesurer l’impact d’une business school sur son territoire. « Alors que les accréditations internationales poussent vers l’international et le global, il nous a paru primordial de démontrer comment des business schools remplissent leur mission initiale qui est de servir d’abord un territoire », explique Michel Kalika auquel on doit la mise en œuvre de cette idée du président de la Fnege, Pierre-Louis Dubois. Une initiative qui prend tout son sens aujourd’hui dans un contexte de raréfaction des ressources qui rend de plus en plus nécessaire le mise en avant des atouts des business school, écoles de management comme instituts d’administration des entreprises, auprès des collectivités.

Pour mesurer cet impact des indicateurs ont été créés que deux experts administrent en allant à la rencontre des écoles. « Le BSIS est un superbe outil de communication pour des écoles qui peuvent démontrer aux parties prenantes qu’un étudiant dépense chaque année entre 10 000 et 15 000 € », assure Michel Kalika.… Lire la suite