Quelle stratégie pour l’EDC ? : entretien avec Jean-Marcel Jammet, son directeur

Reprise en 1995 par 260 anciens de l’école emmenés par Alain-Dominique Perrin, alors PDG de Cartier, EDC Paris s’est depuis taillée une réputation d’école de l’entrepreneuriat. Nommé directeur général de l’école il y a un an, Jean-Marcel Jammet, nous explique la stratégie qu’il met en place.

Jean-Marcel JammetOlivier Rollot : Vous créez cette année de nombreux nouveaux diplômes, notamment des MBA. Pourquoi ?

Jean-Marcel Jammet : Nous lançons effectivement cette année neuf nouveaux MBA et MBA spécialisés dont quatre dispensés en anglais. Le développement et la stabilité d’une école de management doit aujourd’hui passer par d’autres programmes que le seul cursus Grande école. Nous recevons régulièrement des étudiants déjà diplômés qui veulent poursuivre leurs études et cherchent des programmes comme ces MBA. Je ne vais pas tous vous les citer mais, au-delà de l’entrepreneuriat qui est notre marque de fabrique et dans lequel nous aurons un « MBA in International Entrepreneurship » et un autre, en français, « Entreprendre dans le high tech », nous proposons par exemple un MBA « Marketing et innovation de service » ou encore en « Audit et contrôle de gestion ».… Lire la suite

« Grenoble IAE a tout pour être demain la Graduate School of Management publique au cœur d’une grande université internationale »

Grenoble IAE, c’est 2000 étudiants, 22000 diplômés depuis sa création en 1956, 71 professeurs permanents et l’adossement à une unité mixte de recherche CNRS, le Cerag. Les instituts d’administration des entreprises, ce sont les écoles de management des universités. Christian Defélix, son directeur, revient sur les spécificités de son IAE.

Christian Defélix

Olivier Rollot : Qu’est-ce qui différencie votre IAE des autres ?

Christian Defélix: Sans doute d’abord une forte recherche appliquée, avec un adossement à l’un des rares laboratoires CNRS spécifiquement dédiés au management, le CERAG, qui accueille pas moins de 90 doctorants. Les enseignants-chercheurs de Grenoble IAE sont de très forts contributeurs de ce centre et de ses 5 axes spécialisés. Sur notre site, nous présentons chaque mois des éléments de recherche de nos professeurs pour valoriser leur travail.

Ensuite, la forte inclinaison internationale, avec des programmes de formation de cadres délocalisés en Chine, au Brésil, en Russie ou en Indonésie.… Lire la suite

« Nous voulons rendre l’université incontournable »: François Germinet, président de l’UCP

L’université de Cergy-Pontoise (UCP) c’est un peu la petite université qui monte. Avec ses 16 000 étudiants, sa pluridisciplinarité (il ne lui manque que la médecine) elle se distingue régulièrement dans tous les classements et notamment pour l’insertion de ses diplômes de master. Sa dernière campagne de communication est particulièrement réussie. Rencontre avec son président, François Germinet (à suivre sur Twitter @UCP_Germinet).

François Germinet

Olivier Rollot : Vous venez de lancer une campagne de communication intitulée « Vivez l’UCP ! ». Ce n’est pas encore si courant dans les universités ?

François Germinet : Si maintenant toutes les universités cherchent à se valoriser mais nous sommes l’une des seules, si ce n’est la seule, à institutionnaliser une campagne de promotion avec un plan media annuel. Nous voulons ainsi positionner l’université sur son bassin, à cheval entre le Val d’Oise, les Yvelines et les Hauts-de-Seine, avec une campagne d’affichage dans les gares et les principales villes mais aussi une vidéo projetée dans différents cinémas.… Lire la suite

Saclay, Hesam, PSL : quel équilibre dans les Comue ?

Saclay, Hesam, PSL : fin 2014 trois grandes Comue parisiennes ont changé de direction. La première a mis son avenir dans les mains d’un grand chercheur, Gilles Bloch, la deuxième au directeur d’une des plus grandes écoles d’ingénieurs françaises que sont les Arts et Métiers, Laurent Carraro, la troisième à ancien président de l’université Cergy Pontoise et également chercheur, Thierry Coulhon. Trois personnalités, trois Comue, trois cas pratiques qui donnent l’occasion de se pencher sur ce que seront demain les Comue.

Des dirigeants très politiques

De 2006 à 2009, Gilles Bloch a été directeur général de la recherche et de l’innovation au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Après avoir été son conseiller spécial, Thierry Coulhon a été directeur adjoint du cabinet de Valérie Pécresse, de 2009 à 2010, et a ensuite piloté de programme « campus d’excellence » dans le cadre du Grand emprunt.… Lire la suite

L’ESC Rennes accréditée Equis : gros plan sur l’école qui monte

Après l’AACSB et l’AMBA, l’ESC Rennes business school vient d’obtenir l’accréditation Equis szl’EFMD (European Fondation for Management Development). Elle rejoint ainsi dix autres écoles françaises « triple couronnées » (Audencia, Edhec, EMLYON, ESCP Europe, Grenoble EM, HEC, Insead, Kedge, Neoma, Toulouse BS et maintenant ESC Rennes School of Business) et 69 Business Schools dans le monde (lire sur Wikipedia)

84% d’enseignants étrangers

Cette réussite l’ESC Rennes la doit beaucoup à la personnalité de son directeur général, Olivier Aptel, qui a redonné du souffle à une école qui commençait à bien en manquer à son arrivée à sa tête en 2006. En huit ans il aura construit un groupe qui devrait compter 5000 étudiants en 2018. « Nous ne sommes pas obsédés par la taille, il ne s’agit pas pour nous de compter le plus d’étudiants en risquant de perdre de vue ce qui fait le succès des écoles de management françaises : la proximité avec leurs étudiants. … Lire la suite

Salzmann contre Fraïsse : deux visions de la CPU qui s’opposent

Il y a quatre ans une liste « rebelle » menée par Louis Vogel avec Yvon Berland et Anne Fraïsse menait une blitzkrieg victorieuse en s’imposant au dernier moment contre celle beaucoup plus « ministérielle » que menait Alain Beretz avec le soutien à peine voilé d’Axel Kahn et de Valérie Pécresse. En lançant, quelques jours à peine avant la clôture des candidatures, sa propre liste nul doute qu’Anne Fraïsse se souvient de cet épisode victorieux. Comme il y a quatre ans, ce sont deux visions différentes de l’université et de ses rapports au pouvoir en place qui s’imposent. Verdict le 18 décembre.

Anne Fraïsse peut-elle l’emporter ?

Il y a quatre ans la force du trio Vogel-Berland-Fraïsse tenait paradoxalement à son extrême hétérogénéité. Voir la très à gauche Anne Fraïsse rejoindre le futur maire adjoint UMP Louis Vogel en avait surpris plus d’uns. La force de ce trio inattendu tenait aussi à sa complémentarité : avec Louis Vogel et Yvon Berland les deux facultés les plus puissantes (droit et médecine) étaient représentées et Anne Fraïsse leur apportait la caution des lettres et des petites universités.… Lire la suite

Naissance de Ferrières, école de «l’excellence à la française»

La gastronomie, l’hôtellerie et le luxe sont au menu de la toute nouvelle école Ferrières qui va ouvrir ses portes à la rentrée 2015 à Ferrières-en-Brie, tout près de Marne-la-Vallée. « Aujourd’hui beaucoup d’entreprises recrutent des diplômés dans les écoles d’hôtellerie suisses alors que la France a une réputation mondiale dans ces domaines. Nous avons donc décidé de créer une école pour porter l’excellence à la français », explique Khalil Khater, président du groupe Accelis qui porte le projet Ferrières.

http://www.ferrieres-paris.com/wp-content/themes/photoreactive/photoreactive/images/ferrieres-logo-small.png

Cette excellence à la française est symbolisée par le lieu unique qu’est le château de Ferrières. Inauguré en 1862 par Napoléon III, conçu par l’un des plus célèbres architectes britanniques de l’époque, Joseph Paxton, à la demande du baron James de Rothschild, ce château fut d’abord donné à la chancellerie des universités de Paris en 1975. Devant le peu d’investissement de l’institution dans le château, ce don fut révoqué en 2011 et réattribué à la ville de Ferrières-en-Brie qui a confié à Accelis le soin d’en faire une école autour d’un parc de 130 hectares.… Lire la suite

« Dans les écoles post prépas, il est devenu très difficile d’embrasser en seulement trois ans toutes les dimensions du management » : Philippe Rivet, directeur de l’ESDES

Implantée à Lyon, l’ESDES fait partie de ces bonnes écoles de commerce postbac dont on parle rarement mais dont on connaît le sérieux. Arrivé à sa tête il y a huit mois, Philippe Rivet entend bien faire que ça change et nous livre ses ambitions à l’horizon 2020. Lui-même ancien chef d’entreprise,  il explique dans son livre, « Le management à l’aube d’une 3erévolution », comment la responsabilité sociale de l’entreprise sera au cœur du management de demain et la nécessité de former des managers-entrepreneurs responsables.


Olivier Rollot : Un nouveau campus, un nouveau statut, un nouveau directeur, il se passe beaucoup de choses en ce moment à l’ESDES !

Philippe Rivet : Nous sommes dans un processus d’autonomie forte au sein de l’Université catholique de Lyon (UCLy) dont nous souhaitons rester membres, à horizon fin 2015. Par ailleurs, avec toute l’UCLy, nous emménagerons à la rentrée 2015 dans un nouveau campus de 35 000 m2 au centre de Lyon.… Lire la suite

Quels moyens pour l’enseignement supérieur en 2015 ?

« Le budget de l’enseignement supérieur et la recherche reste relativement préservé dans le contexte. » En prononçant ses mots devant les présidents d’université et d’écoles d’ingénieurs réunis pour la « Grande conférence » commune à la CPU et à la Cdefi au Cnam le 20 novembre, Najat Vallaud-Belkacem a plongé dans le doute une assemblée touchée au cœur par la baisse de 70 millions d’euros de ses ressources dans la loi de finances 2015.

La CPU et le Cneser unis s’insurgent

L’émotion est d’autant plus grande qu’à ces 70 M€ s’ajoute, selon la CPU, une augmentation des dépenses obligatoires de 90 millions d’euros par rapport à 2014. La conférence pointe qu’il manquerait ainsi en tout 160 millions d’euros au budget des universités en 2015 pour rester au même niveau qu’en 2014 : « Capacités d’accueil réduites, taux d’encadrement qui se dégradent, formations fermées : ce seront les conséquences immédiates de cette diminution des moyens, au détriment de la réussite des étudiants et du développement de la recherche ».… Lire la suite

«Il y a aujourd’hui une véritable dynamique de transformation pédagogique»: Bertrand Monthubert, président de l’université Toulouse 3 Paul-Sabatier

L’université Toulouse 3 Paul-Sabatier, la grande université scientifique de Toulouse, va bientôt construire un nouveau campus qu’elle veut exemplaire tant sur le plan énergétique que pédagogique. Entretien avec son président, Bertrand Monthubert, qui évoque également son implication dans la construction de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Olivier Rollot : Entre 2017 et 2019 vous allez construire onze nouveaux bâtiments sur 56 000 m2. L’occasion pour vous d’associer tout le personnel à la construction d’un campus que vous voulez exemplaire.

Bertrand Monthubert : Dans le cadre d’un projet que nous avons appelé « neOCampus », nous travaillons à ce que tous les bâtiments soient innovants, en matière énergétique notamment, grâce à nos forces dans la recherche. Neuf laboratoires (matériaux, énergie-lumière, informatique, etc.) sont ainsi associés au projet pour réfléchir à la construction de bâtiments qui seront des laboratoires grandeur nature de nos travaux de recherche. Les étudiants seront également associés au travers de notre master Énergétique de l’habitat qui fête justement ses quarante ans.… Lire la suite