«Le regain d’égalitarisme dont nous souffrons aujourd’hui n’est pas la solution»: entretien avec Jean Chambaz, président de l’UPMC

L’université Pierre-et-Marie Curie (UPMC) est souvent considérée comme la toute meilleure université scientifique française. Son président depuis 2012, Jean-Chambaz, revient avec nous sur une université modèle qui, même si elle n’a pas toujours les moyens de ses ambitions, n’en entend pas moins toujours innover.

Olivier Rollot : L’UPMC est l’une des trois grandes universités scientifiques françaises classées dans les 100 premières mondiales du classement de Shangaï (42ème). Bien sûr on pourrait espérer mieux, bien sûr on peut rejeter ce classement, largement dominé par les universités américaines, mais c’est quand même une reconnaissance à laquelle vous devez être sensible ?

Jean Chambaz : Les classements n’ont pas une grande valeur car aucun n’est rigoureux. Nous avons du mal à comprendre l’obsession des ministres de l’Enseignement supérieur français successifs pour des classements qui ne revêtent une telle importance nulle part ailleurs. C’est bien propre à la France de vouloir tout classer.… Lire la suite

Entrée en master : un système « opaque » selon la médiatrice de l’Education

En intitulant une partie entière de son rapport 2011 « Vers un véritable cycle du Master », la médiatrice de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur, Monique Sassier, a rappelé les ambiguïtés qui restent consubstantielles à un diplôme auquel tous les titulaires de licence sont censés pouvoir accéder sans sélection s’ils postulent dans le domaine de leur licence. En théorie…

Le principe : la non sélection en 1ère année
Souvenons-nous. Nous sommes en 2008. Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur, et Bruno Julliard, alors président de l’Unef, discutent de la mise en place de l’autonomie des universités. Un sujet, l’entrée en master, est alors pris en otage par le syndicat étudiant : pas question de toucher au sacré saint principe de la non sélection en première année de master, qui remplace la maîtrise depuis 2002. Car il n’y avait de sélection avant 2002 qu’à l’entrée en DEA et DESS, les deuxièmes années de master.… Lire la suite

Henri IV crée sa première licence avec Paris Sciences et Lettres

Quand l’un des plus célèbres lycées français, Henri IV, et Paris Sciences et Lettres (PSL), le pôle de recherche et d’enseignement supérieur réunissant Normale Sup, l’université Dauphine ou bien encore les Beaux-Arts, s’associent il faut que le résultat soit à la hauteur des partenaires. En créant une licence pluridisciplinaire très novatrice, disons le tout de suite, l’objectif est atteint.

Un enseignement pluridiscplinaire

En trois ans, les 60 étudiants recrutés chaque année par un programme qui se déroulera aussi bien au sein du lycée Henri IV que dans les établissements membres de PSL prendront en effet le temps de se spécialiser petit à petit. Loin de l’hyper spécialisation précoce qui caractérise encore trop souvent l’enseignement supérieur français, ils goûteront à des enseignements communs littéraires et scientifiques tout en se spécialisant petit à petit dans les trois voies proposées : sciences, sciences humaines et sociales et humanités.

Un super lycée, une prépa alternative ?… Lire la suite